« Dis moi et j’oublierai, montre moi et je me souviendrai, implique moi et je comprendrai » Confucius

 

La pédagogie active spontanée

« La méthode d’apprentissage est qualifiée d’active lorsque l’enseignant prend en compte les intérêts et le développement des apprenants en s’appuyant sur le dialogue orienté constamment par l’objectif à atteindre, grâce à une maïeutique socratique ».

Celle-ci est au cœur de cette philosophie et se définit comme l’accouchement des esprits.

Par le biais de questionnements, l’esprit du questionné parvient à trouver en lui-même les vérités, c’est la théorie de la réminiscence exprimée par Platon. Ainsi, chercher et apprendre sont un seul et même acte, connaitre c’est se souvenir, se remémorer.

En substance, cette pédagogie active accède au statut de « méthode de découverte » lorsque les apprenants auront, au début des ateliers, la possibilité de travailler librement sur le sujet spécialement choisi et élaboré par l’enseignant, en vue de l’objectif à atteindre. Ainsi, les enseignements pratiques contribuent à l’amélioration de la santé physique et mentale des apprenants.

C’est un accompagnement qui identifie les sujets de transformation selon les besoins. Une dynamique évolutive, où le changement se manifeste par l’expérimentation et l’interaction. Connaitre c’est faire l’expérience. Le corps tout entier, en plus de la tête, mobilise l’apprenant, facilite prises de conscience et transformations. La respiration, le souffle, la voix, les différents corps, l’état d’esprit, la présence, le jeu, la co-création, la vision créatrice et la spontanéité sont les fondamentaux de cette approche.

Les ateliers, dans leurs structures stimulent la créativité, font émerger des prises de conscience nécessaires à l’évolution de chacun.

 

Devrions nous parler d’andragogie puisque la pédagogie, par essence, ne s’adresse qu’aux enfants et adolescents

 

Les 7 vérités de l’andragogie

      Les adultes : 

  • s'informent et ne se perfectionnent que s'ils y sont motivés.

  • S'instruisent que s'ils en ressentent le besoin

  • S’informent et se perfectionnent si ils y sont motivés

  • Apprennent par la pratique, et non par l'enchaînement logique

  • Progressent en résolvant des problèmes liés à la réalité

  • Mémorisent dans une atmosphère détendue (non scolaire)

  • Apprécient la variété (présentation d'une idée de plusieurs manières différentes)

Les adultes veulent être guidés et non jugés (progrès par l'échange, et non par le contrôle)

       Démarche auto évaluation pour jauger ses attitudes.

 

        L’apprenant est un sujet à activer

 

         Il apprendra mieux s’il est lui même engagé, tout entier, dans son processus de formation. Ainsi, selon Mucchielli, nous             retenons :

  • 10% de ce que nous lisons

  • 20% de ce que nous entendons

  • 30% de ce que nous voyons

  • 50% de ce que nous voyons et entendons en même temps.

  • En revanche, lorsque nous sommes actif durant l’apprentissage, nous retenons :

  • 80% de ce que nous disons

  • 90% de ce que nous disons au moment où nous faisons quelque chose qui nous implique directement et qui mobilise nos ressources en situation réelle.

 

Le rôle du formateur d’adulte

Le rôle du formateur d’adultes n’est pas de transmettre un savoir, mais plutôt de proposer des situations qui vont    permettre l’apprentissage, en valorisant l’ensemble des savoirs détenus dans le groupe.
C’est pourquoi on qualifie son rôle de « facilitateur », de « médiateur ». Il facilite le lien entre l’apprenant et un contenu (des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être). Il est aussi celui qui facilite les relations dans le groupe.

     

 

Les conditions de l’apprentissage chez l’adulte
 


Pour apprendre efficacement, l’adulte doit :

  • Etre motivé: Les motivations peuvent être très variées : satisfaction professionnelle, évolution professionnelle attendue, développement de ses compétences, plaisir d’échanger avec d’autres, goût pour apprendre, etc.…

  • Se sentir intégré dans le groupe : En effet, les échanges entre pairs sont un des leviers majeurs d’apprentissage des adultes. Ils favorisent le conflit socio-cognitif. La confiance et la bienveillance sont des éléments indispensables pour un dialogue de qualité.

  • Comprendre: Attention aux mots compliqués, aux abréviations, aux jargons … ! Le formateur explique aussi les objectifs et les liens entre les activités qu’il propose. L’apprenant doit comprendre pourquoi on fait telle chose à tel moment.

  • Agir: Plus l’adulte est passif, moins il a de chance d’apprendre. On favorisera pour cela les méthodes pédagogiques actives, c’est-à-dire, celles qui s’appuient sur l’activité des stagiaires et le travail de groupe.

  • Faire le lien entre la formation et sa pratique: L’adulte en formation doit en permanence faire des rapprochements entre sa pratique et les apports de la formation, qui viennent parfois en contradictions avec ses habitudes. Le formateur doit donc favoriser ce va-et-vient permanent entre expérience et apports nouveaux, par des activités adaptées ou en invitant les apprenants à témoigner de leurs pratiques.

  • Donner du sens à son apprentissage: L’adulte a besoin de savoir où il va, pourquoi et comment il va ou comment on l’y mène. D’où la nécessité de définir et communiquer des objectifs pédagogiques, ainsi que de préciser la progression pédagogique proposée tout au long de la formation Il a également besoin de percevoir que ce qu’il apprend lui est utile.

10 Avenue Dauphine
45100 Orléans

contact@laurenceansel.com

 

Tel: (33) 6 18 38 79 11

Micro entreprise - RCS : 500 448 360 00049

  • LinkedIn Social Icon
                 Contact

"Déclaration d’activité enregistrée sous le

n° 24 45 03497 45 auprès du préfet de région de Centre-Val de Loire"